Note à l'intention des auteurs qui nous reprochent de ne pas les diffuser.

Certains, heureusement ils sont peu nombreux, confient un manuscrit et s'abandonnent, laissant à la maison d'édition le soin de tout entreprendre pour le faire connaitre et pour vendre ses livres. Ne rêvons pas, c'est sympa d'avoir un article dans le journal local, mais ça n'a jamais propulsé les ventes. Quant à passer chez ceux qui ont pignon sur antenne, regardez leurs émissions, ce n'est que de la cooptation. Pour ce qui est de la diffusion qui s'accompagne du glaive du droit de retour, lisez les autres articles.

Un éditeur n’est pas un agent commercial, plus encore quand il est de petite taille. Les sociétés de diffusion-distribution ne nous ouvrent pas leurs portes. Il appartient à l’auteur de défendre son texte, et l'éditeur ne peut l'accompagner qu'en l'aidant dans ses prises de rendez-vous pour des dédicaces ou en l'inscrivant à des salons. Mais il ne peut pas agir seul pour le compte de l'auteur. Son métier c'est de faire le tri dans les manuscrits qu'il reçoit, d'amender le texte avec l'auteur en direction d'ouvrage et de s'occuper de la réalisation et la mise en production.

Les auteurs doivent comprendre la problématique d’un petit éditeur, ses difficultés, être conscients que le marché du livre n’est pas simple, apprendre à découvrir comment il fonctionne.

Que ceux à qui nos toutes petites structures ne conviennent pas se fassent éditer par les très grands, s’ils veulent bien les accepter. Aucun auteur n'est attendu. L'édition littéraire n'a pas besoin de l'auteur lambda pour travailler. 

A bon entendeur, si vous pensez qu'on va tout faire à votre place, passez votre chemin. Malgré notre bonne volonté, ce n'est pas possible ! Mais, nous vous aideront.

Un livre ça se vend à l'unité, patiemment, un par un dans des salons ou pendant des séances de dédicaces.

Il faut toujours se demander lequel des deux rend service à l’autre.

C'est un peu brutal, j'en conviens, mais ça permet de remettre l'église au milieu du village, comme on dit.

 

En 2016, 78 000 titres ont été publiés dont 2 500 pour la région PACA (source Agence Régionale du livre)

Dans ces pages vous saurez ce que nous pouvons faire en matière de diffusion et quelles sont nos limites.

Vous découvrirez aussi pourquoi la diffusion peut être un mirage pour vous et un danger pour nous.


Nous recevons un grand nombre de manuscrits, des auteurs nous sollicitent, mais, curieusement, ils sont très peu nombreux à acheter un des livres de notre catalogue. C’est pourtant là qu’ils auraient une idée précise de ce que nous faisons.

Plutôt qu’être choisis par défaut, nous préférerions l’être par un intérêt marqué pour le travail que nous avons déjà fait avec d’autres auteurs. Nous n’offrons pas un service marchand du type : je lis, je corrige, je fais imprimer, car alors, nous ne serions que le trait d’union entre l’auteur et les différents services attachés à la réalisation d’un livre.

Nous proposons un travail d’édition, c’est-à-dire une relation privilégiée pour un objectif commun, celui de proposer aux lecteurs un ouvrage complet et abouti.


Tous les livres de notre catalogue sont disponibles sur demande dans toutes les librairies physiques en France, Belgique, Suisse et Canada et dans les librairies en ligne (Fnac, Cultura, Decitre, Chapitre, Amazon...)

Les versions numériques sont disponibles dans une centaine de librairies en ligne.

CONTRAT D’ÉDITION

=> Vous ne trouverez pas dans notre contrat cette clause dite de "préférence" qui enferme l'auteur pendant 5 ans chez le même éditeur pour des livres du même genre et lui interdit de solliciter une autre maison d'édition. A la contrainte, nous préférons la fidélité basée sur la reconnaissance du travail déjà accompli ensemble.

=> Votre contrat est, à la virgule près, celui réalisé par le Conseil Permanent des Écrivains (CPE) et préconisé par la Société des Gens de Lettres (SGDL).  ce contrat est conforme aux nouvelles dispositions légales entrées en vigueur le 1er décembre 2014, issues de l’accord-cadre signé le 21 mars 2013 entre le SNE (Syndicat national de l’édition) et le CPE.

 L'article 12 est important : exploitation permanente et suivie de l’œuvre sous forme imprimée précise les obligations de l’éditeur qui doit :

1/ présenter l’ouvrage sur les catalogues ;

2/ indiquer sa disponibilité dans les bases de données interprofessionnelles (par exemple Electre, Dilicom, etc.) ;

3/ rendre disponible l’ouvrage dans une qualité respectueuse de l’œuvre ; et

4/ livrer les commandes des libraires dans des délais raisonnables.

 

Nous respectons ces prescriptions à la lettre. Nous pouvons vous adresser un exemplaire vierge du contrat que vous signerez si nous vous éditons.

En cas d'hésitation, questionnez le service juridique de la Société des Gens de Lettres (SGDL) dont l'objet est la défense des intérêts des auteurs.