Les enfants de Vallabrègues

17,00 €
TTC

Situé dans un village agricole au cœur de la Provence, là où deux frères ont grandi ensemble au milieu des autres enfants et des adultes. Tout bascule le jour où Alice est retrouvée morte le long du Rhône le lendemain de la fête de la vannerie et que Sylvan est incarcéré pour meurtre.

Seize années se sont écoulées, Antoine se décide enfin à rendre visite à son frère hospitalisé. Revisiter le passé pour mieux le comprendre, l'accepter et, sans juger, déterminer les responsabilités. Entre choix et hasards des vies de chacun.

Entre inné et acquis, c'est un roman tout en ondulations. Ce roman nous parle de filiation, de générations, de transmission.

Situé dans un village agricole au cœur de la Provence, là où deux frères ont grandi ensemble au milieu des autres enfants et des adultes. Tout bascule le jour où Alice est retrouvée morte le long du Rhône le lendemain de la fête de la vannerie et que Sylvan est incarcéré pour meurtre.

Seize années se sont écoulées, Antoine se décide enfin à rendre visite à son frère hospitalisé. Revisiter le passé pour mieux le comprendre et, sans juger, déterminer les responsabilités. Entre choix et hasards des vies de chacun.

Entre inné et acquis, c'est un roman tout en ondulations. Ce roman nous parle de filiation, de générations, de transmission.

9791092613573

Fiche technique

Nombre de pages
221
Genre
Roman psychologique
Epoque
XXe siècle
Isbn
9791092613573

Donnez votre avis!

08/05/2021

M.

En lisant le simple mot de "maman" à la dernière page de ce roman sur les vies perdues, deux larmes que je n''attendais pas ont brouillé ma vue. Dès les premières pages, le piètre lecteur que je suis s'est laissé prendre : style qui coule, facile d'apparence, mais tissé de mots justes; une construction habile attise subtilement le suspens jusqu''au bout. J'aime l''histoire et les réflexions profondes sur la vie que ces tragédies, ces drames suscitent. J'aime l'atmosphère, la manière de dire la pluie à Paris, le soleil en Provence, et de donner vie au menu peuple d'en bas, d'où je viens, avec ces failles atroces qui parlent en creux des beautés telles que l''adoption d''un enfant abandonné comme allant de soi, telles que le souvenir "d'un petit sourire en coin", ou encore celui d'un "doigt de farigoule" servi en guise de pousse-café. Ai-je le droit ? - mais je le prends - de conclure en écrivant qu''à la fois le sujet et la manière de ce roman me disent l''humanité de l''auteur, sa grande sensibilité, son humilité et son intelligence. Ce sont là aussi, selon moi, des qualités de ce roman